Retour

Février 2024 marquera la fin du dégriffage au Québec

Flair animal / Santé / Mieux-être / Février 2024 marquera la fin du dégriffage au Québec

Le dégriffage des chats est bien ancré dans les mœurs québécoises. En effet, selon un sondage Léger ¹  réalisé pour le compte de l’Association des médecins vétérinaires du Québec en pratique des petits animaux ² , il y aurait, dans la province, approximativement 700 000 chats sans griffes. Cela représente environ le tiers des félins adultes vivant dans un ménage.

Cette procédure est née aux États-Unis, dans les années 50. Au début, elle ne visait pas à sauver les meubles des propriétaires d’animaux, mais à tenter de réduire la transmission de la « Cat Scratch Disease » qui venait d’être découverte. La science a toutefois démontré que cette maladie bactérienne est plutôt rare, qu’elle ne se transmet pas que par les griffures de chats et que, pour en être infecté, un chat doit attraper des puces. Le dégriffage n’est donc pas la meilleure solution pour s’en protéger. Malgré ces nouvelles connaissances scientifiques, le dégriffage a persisté pendant longtemps comme chirurgie de routine.

Une chirurgie ayant de graves conséquences

Pourtant, depuis plusieurs années, de multiples preuves mettent en lumière les conséquences graves de cette procédure. En plus d’empêcher le chat d’exprimer ses comportements naturels, cette chirurgie cause également de l’ostéoarthrose, des douleurs chroniques et fantômes et un changement dans la démarche de l’animal par la contracture de ses tendons.

Se basant sur des connaissances scientifiques et conscients des enjeux majeurs de bien-être animal entourant le dégriffage, de nombreux intervenants en santé animale ont sensibilisé le public à cette cause. Ils ont multiplié les efforts pour mieux expliquer la procédure (amputation complète d’un os!), mettre en garde contre ses risques importants et favoriser les alternatives.

De multiples associations dont l’Association canadienne des médecins vétérinaires, l’Association des médecins vétérinaires du Québec en pratique des petits animaux, l’Association des techniciens en santé animale du Québec et l’Association des étudiants en médecine vétérinaire du Québec ont également pris position contre cette pratique.

En février 2022, une pétition a été signée par près de 22 000 Québécois demandant au gouvernement du Québec d’interdire toutes les chirurgies non préventives et non thérapeutiques chez les animaux de compagnie.

Écoutant la population, le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation a ajouté cette clause au Règlement sur le bien-être et la sécurité des animaux domestiques de compagnie et des équidés qui entrera en vigueur le février 2024. En plus du dégriffage (onyxectomie), il sera ainsi interdit de pratiquer la ténectomie digitale, la ténotomie digitale ou toute autre procédure chirurgicale visant à empêcher l’usage normal des griffes. Il en sera de même pour les chirurgies suivantes : caudectomie, dévocalisation et taille d’oreilles généralement pratiquées sur l’espèce canine. Cela représente un pas de géant pour le bien-être animal au Québec.

Pour conclure, il est important de se rappeler qu’il y a de nombreuses alternatives efficaces au dégriffage. N’hésitez pas à consulter votre médecin vétérinaire et son équipe médicale si vous souhaitez obtenir des conseils à ce sujet.

 

1. Sondage web de la firme Léger réalisé du 3 au 5 novembre 2023 auprès de 1 015 Québécois âgés de 18 ans ou plus et pouvant s’exprimer en français ou en anglais. Pour l’ensemble des répondants, la marge d’erreur maximale autour des proportions est de plus ou moins 3,1 %, 19 fois sur 20. En considérant, selon www.stat.gouv.ca, une estimation de 3 749 035 ménages au Québec en 2021.

2. L’AMVQ en pratique des petits animaux est une association à but non lucratif qui regroupe plus de 1 000 médecins vétérinaires québécois pratiquant dans le domaine des animaux de compagnie au Québec. Pour plus d’informations sur ce sondage et sur l’AMVQ : www.amvq.quebec.

Elle signe ce texte

Dre Eve-Lyne Bouchard DMV Présidente de l’Association des médecins vétérinaires du Québec en pratique des petits animaux (AMVQ)