Retour

Envie d’un chien rare ? Méfiez-vous !

Flair animal / Famille / Adoption / Envie d’un chien rare ? Méfiez-vous !

Il est bien normal de chercher à acquérir un animal de compagnie unique et qui se démarque des autres. Parfois, on sera attiré par une tache en forme de cœur, des yeux de couleurs différentes ou encore un poil de texture distincte de celle du standard de la race. Toutefois, il vaut mieux se méfier et réfléchir à deux fois avant d’adopter un animal « rare » ou « spécial ».

Je vais vous donner quelques exemples de chiens qui ont passé ma porte, et vous dire pourquoi les propriétaires auraient dû se méfier. En effet, ces familles se sont fait dire que leur nouvel animal était « rare ». Inutile de vous spécifier qu’elles ont déboursé une petite fortune pour acquérir leur animal si spécial. Et l’était-il vraiment ? Ce coût en valait-il la peine ? Bien évidemment, ces personnes adorent toutes leur poilu. Le point que je soulève ici est qu’il a coûté très cher.

Un chiot labrador pure race « merle »

Les labradors peuvent naître de différentes couleurs : noir, jaune, chocolat… La couleur merle se définit par une couleur dominante foncée, parsemée de taches diluées d’autres couleurs. Le chien qui la représente bien est sans aucun doute le berger australien. La couleur merle est obtenue génétiquement et ne fait pas partie du standard de race du labrador retriever, c’est-à-dire que les labradors de pure race ne possèdent pas ce gène. Le propriétaire à qui on avait vendu un chiot labrador pure race de couleur merle était donc bien déçu d’apprendre que son chien n’était en fait pas de pure race, même si celui-ci était absolument adorable. Cette personne a ainsi malheureusement payé plus cher pour son labrador « spécial ».

Un border collier « double merle »

Toujours dans la même veine, j’ai déjà reçu en consultation un couple très excité à l’idée d’avoir adopté un chiot double merle aux yeux bleus, très rare selon le vendeur. Malheureusement, les animaux double merle sont sujets aux problèmes génétiques comme la surdité. Et tel était le cas de ce chiot : il était magnifique, mais sourd, et ce, pour toute sa vie.

Un maltipoo « teacup »

Les chiots teacup sont récemment devenus assez populaires. Le terme « teacup » ne renvoie pas à une race en soi, mais à un format. Le chien teacup devrait faire moins de trois livres à l’âge adulte : oui, oui, il est aussi petit ! La propriétaire a payé extrêmement cher pour obtenir un chiot devant rester miniature à l’âge adulte. Sans surprise, le chien a rapidement dépassé les dix livres autour de dix mois. La propriétaire a donc déboursé de l’argent pour quelque chose qui est impossible à garantir. D’ailleurs, les animaux teacup peuvent aussi souffrir de plusieurs problèmes de santé, car être aussi minuscules n’est pas toujours sain !

Malgré tout, tous les propriétaires dont je vous parle aiment profondément leur compagnon à quatre pattes. Ce que je déplore ici, c’est d’avoir fait aveuglément confiance à des vendeurs qui leur ont vendu des animaux plus chers sous prétexte qu’ils étaient « spéciaux ». Si vous n’êtes pas certain de ce que le vendeur vous affirme, n’hésitez pas à contacter votre vétérinaire pour lui poser vos questions. Il se fera un plaisir de vous aider à y voir plus clair !

Elle signe ce texte

Dre Lortie-Watkins est médecin vétérinaire. Elle a débuté sa pratique, dès sa sortie de la Faculté, à l’Hôpital vétérinaire de Montréal.