Retour

Des précautions simples pour éviter de se retrouver en urgence chez le vétérinaire

Flair animal / Santé / Dossier Covid-19 / Des précautions simples pour éviter de se retrouver en urgence chez le vétérinaire

Pénurie de main-d’œuvre, vétérinaires à bout de souffle, augmentation des adoptions dans les 2 dernières années, propriétaires d’animaux qui choisissent plus de meilleurs soins pour leurs animaux, mesures Covid qui allongent le temps de consultation… La liste est longue pour expliquer pourquoi votre établissement vétérinaire n’arrive pas à suffire à la demande.

Comment explique-t-on concrètement que le domaine vétérinaire se retrouve ainsi dans une situation précaire? Parce qu’il arrive qu’on nous dise : « la pandémie c’est une affaire d’humains, pourquoi est-ce que ça affecte autant le milieu vétérinaire ? »

7 raisons principales :

  1. Il y a eu dans les 2 dernières années, une augmentation significative des nouvelles adoptions.
  2. La bonne nouvelle c’est que collectivement nous offrons de meilleurs soins à nos animaux de compagnie. Les gens sont plus enclins à soigner leur compagnon. Ça met une pression sur le domaine vétérinaire qui n’a pas augmenté son nombre de vétérinaires formés par année.
  3. Beaucoup de rendez-vous à rattraper. Les rendez-vous de routines ont été reportés dans beaucoup d’établissements avec la pandémie, plusieurs de ces établissements ont de la difficulté à rattraper le retard.
  4. Comme partout, les établissements vétérinaires ont des problèmes de pénurie de personnel.
  5. Les gens s’absentent en ce moment, pour la Covid, parce qu’ils doivent s’isoler, parce qu’ils ont des enfants malades…
  6. Beaucoup de vétérinaires quittent la profession après seulement quelques années de pratique. Le taux de burnout, de dépression et de suicide est très élevé chez les vétérinaires. Une triste réalité.
  7. On forme très peu de vétérinaires au Québec et dans chaque cohorte qui sort de la Faculté de médecine vétérinaire, plusieurs ne choisissent pas d’aller exercer auprès des petits animaux de compagnie. La pénurie est d’ailleurs encore plus sévère du côté des grands animaux.

Comment pouvez-vous aider votre équipe vétérinaire ?

  1. Présentez-vous à votre rendez-vous. Soyez à l’heure. Si vous avez un empêchement, appeler pour annuler ou remettre votre rendez-vous, ou du moins pour annoncer votre retard.
  2. Lors du rendez-vous, assurez-vous que la personne qui accompagne l’animal peut prendre les décisions. Cela ajoute beaucoup de temps à la consultation si votre vétérinaire doit parler à plusieurs personnes au téléphone pour expliquer et autoriser les soins.
  3. Des consultations virtuelles ou des consultations téléphoniques sont possibles dans certains cas. Acceptez ces alternatives si elles sont offertes.
  4. Soyez patients. Soyez compréhensifs.
  5. Respectez les consignes sanitaires de votre établissement vétérinaire : nombre de personne autorisées à l’intérieur, lavage de mains, port du couvre-visage…
  6. N’attendez pas que les symptômes de votre animal empirent avant de consulter. Vous risquez que la condition de votre animal se détériore, que son cas devienne plus lourd et peut-être plus coûteux à traiter.
  7. Écoutez les conseils de votre vétérinaire. Évitez de consulter Dr Google, l’ami de l’ami et d’autres sources, pendant que la condition de votre animal se détériore…
  8. Il se peut que votre vétérinaire ait à vous diriger vers un centre d’urgence s’il est à pleine capacité ou vers une autre clinique. Encore une fois, comprenez que c’est pour le bien de votre animal, pour qu’il soit vu rapidement, pas parce que votre vétérinaire veut finir sa journée de bonne heure…

Quoi faire pour éviter le plus possible de devoir consulter le vétérinaire en urgence ?

  1. Si votre animal n’est pas adéquatement vacciné, évitez de le mettre en contact avec d’autres animaux.
  2. Évitez de mettre votre animal en contact avec d’autres animaux qu’il ne connaît pas. Vous évitez ainsi les potentielles bagarres et blessures qui s’en suivent.
  3. Mettez les aliments, les produits et les plantes toxiques à l’abri des nez fouineurs : chocolat, gomme à mâcher contenant du Xylitol, antigel, lys…
  4. Soyez vigilants avec le cannabis.
  5. Faites attention au jouet qui pourrait être ingéré par votre animal. Ne le laissez pas mâcher des branches, par exemple.
  6. Ne laissez pas votre animal à l’extérieur trop longtemps par temps froid. Assurez-vous que Minette est à l’intérieur, avant de partir pour le chalet le vendredi, par exemple.

Si vous devez consulter parce que l’état de santé de votre animal vous inquiète, appelez votre vétérinaire. S’il ne peut pas vous recevoir en urgence, il saura vous diriger.

Elle signe ce texte

Fondatrice du magazine web Flair & Cie, Dre Lucie Hénault est médecin vétérinaire et propriétaire avec 7 associées, de 8 établissements vétérinaires dans la grande région de Montréal. Dre Hénault est gestionnaire de l’Hôpital vétérinaire de Montréal, à Westmount.