Retour

Enceinte et vétérinaire, 8 choses que j’ai apprise en travaillant en clinique.

Flair en affaires / La Femme / Enceinte et vétérinaire, 8 choses que j’ai apprise en travaillant en clinique.

J’ai récemment eu mon premier enfant, une adorable petite fille. Pendant que j’étais enceinte, j’ai continué à travailler jusqu’à ma 36e semaine de grossesse. J’ai constaté quelques particularités de travailler comme vétérinaire en clinique avec un petit pain au four. Voici donc mes découvertes; mamans vétos, partagez les vôtres en commentaire!

01 Pas faciles, les grands chiens!  

Je n’ai pas eu de problèmes avec les plus petits chiens et les chats, mais plus que ma bedaine devenait grosse, plus que j’avais de la difficulté avec les chiens de grande race. Mon ventre était carrément un obstacle physique entre moi et mon patient, rendant l’examen de santé un peu challenging. Puis, tenter d’examiner un grand chien sur le sol, rampant à quatre pattes dans mon dernier trimestre pour essayer de rattraper un labrador de deux ans, gentil, mais hyperactif, qui court autour de la salle de consultation… c’est sportif, disons!

02 Pause pipi, AVANT le prochain rendez-vous 

C’est un peu la blague en clinique vétérinaire que nous n’avons pas toujours le temps pour la pause pipi, alors on apprend à se retenir. Mais avec bébé qui prenait de plus en plus de place dans mon abdomen, et qui s’amusait à donner des coups de poing à ma vessie… eh bien finis les jours de me retenir pour une consultation de plus. Une visite à la salle de bains aux heures était de mise!

03 Nausées  = petits repas, et faire attention en se penchant! 

Comme les visites à la toilette, il arrive en clinique vétérinaire de ne pas avoir beaucoup de temps pour les repas. J’avais beaucoup de nausées pendant ma grossesse, et j’ai commis l’erreur un jour de manger mon gros dîner assez rapidement, pour passer en consultation tout de suite après. Je me suis penchée pour ramasser un chat qui était par terre, et mon gros bébé a mis de la pression sur mon estomac déjà fragile et maintenant très plein… Hmmm, je crois que vous pouvez deviner le reste! Après cela, c’était des petits repas plus fréquents seulement!

04 Est-ce que les animaux le savent? 

Les gens me demandaient souvent si mes patients semblaient savoir que j’étais enceinte. J’avoue que je me faisais renifler la bedaine par les chiens un peu plus que la normale, mais je pense que c’était juste parce que c’était la première partie de mon corps qu’ils rencontraient en venant me voir, tellement qu’elle ressortait! Je suis moins certaine pour ma chatte cependant : elle se couchait souvent directement sur mon ventre pendant mon dernier trimestre, ce qu’elle ne fait pas d’habitude. Peut-être qu’elle, qui me connaît depuis 14 ans, a réalisé qu’il y avait un bébé là-dedans?

05 Scrubs de maternité, mon sauveur! 

Plus que ma grossesse progressait, plus que j’étais embêtée par ce que je pouvais porter en clinique. Comme vétérinaire, ton ensemble de travail doit être facilement lavable, confortable pour les longues journées, extensible, mais doit tout de même paraître professionnel. Une amie vétérinaire maman m’a fait découvrir des scrubs de maternité, et je suis tombée en amour! Hauts longs, larges et extensibles, pantalons avec panneaux… apparence propre, mais confortable comme des pyjamas!

06 Espionner sur bébé 

Nous avons un appareil échographique en clinique, et avec le OK de mon médecin, j’en profitais souvent pour jeter un petit coup d’œil sur bébé dans mon ventre. Après mon quart de travail, alors que la clinique était fermée et que tout le monde était parti, je regardais bébé fille pendant quelques minutes. Ses battements de cœur, ses coups de pied, sa petite main dans sa bouche. J’adorais ces beaux moments, juste moi et elle.

07 Quand les propriétaires me donnaient « le look »

Vers le milieu du deuxième trimestre, ma bedaine était rendue plus grosse, mais j’étais à un stade entre-deux. On pouvait peut-être deviner que j’étais enceinte, mais ce n’était pas super évident. C’était très amusant pour moi de voir les expressions des clients qui me connaissaient depuis longtemps… un regard rapide vers la bedaine, une petite analyse mentale, un point d’interrogation au visage. Pourtant ils n’osaient rien dire pour éviter le grand faux pas de féliciter quelqu’un pour sa grossesse alors qu’elle n’est pas enceinte! Je trouvais la plupart du temps un moyen de le glisser dans la conversation pour satisfaire à leur curiosité.

08 Nos clients sont gentils 

J’ai toujours su que nous avons des clients en or, mais j’ai tout de même été vraiment touchée par les gentils mots lorsqu’ils apprenaient que j’étais enceinte. Pas seulement les messages de félicitations; ils exprimaient vraiment un réel bonheur sincère pour moi, me disaient que j’allais être une bonne maman avec comment je prends soin de leur compagnon poilu. J’étais souvent très émue.  

Voilà mes expériences de vétérinaire enceinte! Prochaine étape : naviguer mon emploi de vétérinaire et mon rôle de gestionnaire en tant que nouvelle maman. Quelle aventure!

Elle signe ce texte

Dre Stéphanie Surveyer est médecin vétérinaire et propriétaire avec 7 associées, de 8 établissements vétérinaires dans la grande région de Montréal. Dre Surveyer est gestionnaire de la Clinique vétérinaire Lac St-Louis.