Retour

Mon animal s’en va en pension. Que dois-je prévoir ?

Flair animal / Mon animal s’en va en pension. Que dois-je prévoir ?

Les vacances de Noël approchent. Vous partez en voyage avec les enfants et ne pourrez pas emmener ni Minette, votre chatte, ni Max, votre labrador. Comme tante Margot ne peut les garder cette année, vous allez pour la première fois les confier à un service de pension. Voici quelques conseils pour vous aider à vous y préparer.

01

Vérifier que les vaccins sont à jour

Pour être admis dans une pension pour animaux, votre chat et votre chien devront avoir leurs vaccins à jour, c’est-à-dire avoir été vaccinés au moins 14 jours avant le séjour afin d’être bien protégés. Le type de vaccins demandés varie d’une pension à l’autre. Il est donc important de vous informer plusieurs semaines à l’avance.

02

Diminuer le stress 

Votre chien Max est de nature anxieuse. Vous craignez donc qu’il soit stressé durant son séjour. Quant à Minette, vous savez déjà qu’elle tremblera de peur. Pour diminuer leur stress, plusieurs produits sont à votre disposition chez votre vétérinaire :

  • Les molécules naturelles calmantes (alpha-casozépine, racine de valériane, L-théanine, huiles essentielles sous prescription vétérinaire…). Commencez-les avant d’envoyer votre animal en pension et demandez à leur gardienne de continuer le traitement durant son séjour là-bas.  
  • Si vous avez déjà utilisé ces molécules calmantes et qu’elles n’ont pas donné le résultat escompté, parlez-en à votre vétérinaire. Il vous proposera d’autres traitements pour aider votre compagnon à quatre pattes. 
  • Les phéromones : pour les chiens, il existe des colliers libérant graduellement des phéromones. Pour les chiens et les chats, vous trouverez des vaporisateurs permettant d’appliquer le produit sur leurs doudous à intervalles réguliers durant son séjour en pension.

03

La nourriture 

Fournissez à la pension la nourriture que mange habituellement votre protégé. Celui-ci sera ainsi en terrain connu. Ce conseil est d’autant plus valable si votre meilleur ami a tendance à faire des diarrhées secondaires au stress. Pensez aussi à une nourriture de type gastro-intestinale que vous trouverez chez le vétérinaire. L’ajout de probiotiques peut aussi être bénéfique pour le temps du séjour.

04

La médication

Si votre chien ou votre chat prend une médication, assurez-vous de l’avoir bien renouvelée plusieurs jours avant votre départ pour ne pas en manquer, d’autant que votre vétérinaire pourrait aussi prendre des vacances et fermer temporairement la clinique. Parlez de la condition de votre animal avant votre départ au personnel de la pension pour être certain que celui-ci pourra lui administrer facilement son médicament.

05

Prévoir l’imprévu

On ne sait jamais ce qui peut arriver. Des situations tragiques se produisent malheureusement parfois en l’absence du propriétaire, qui, de plus, est parfois injoignable : un chien qui se fait mordre par un autre, qui se sauve et se fait frapper, qui décompense de sa maladie cardiaque ; un chat qui arrête de manger, qui fait un blocage urinaire, dont le diabète se complique… Mieux vaut donc prévenir que guérir en envisageant le pire.

Je vous conseille donc avant de partir :  

  • De mandater par écrit une autre personne qui pourra vous représenter si vous êtes injoignable. 
  • D’établir vos attentes selon la situation et d’en faire part à la personne mandatée afin qu’elle puisse prendre une décision éclairée à votre place si quelque chose arrivait.
  • D’établir un budget maximal de soins. 
  • D’autoriser une euthanasie humanitaire d’urgence si les souffrances ou blessures de l’animal le nécessitaient. 
  • D’avertir votre vétérinaire afin qu’il mette une note au dossier de toutes les informations ci-dessus avant le séjour à la pension.

Heureusement, dans la plupart des cas, tout se passe très bien. Max et Minette seront traités aux petits soins à la pension que vous aurez choisie minutieusement et réservée plusieurs mois à l’avance. Vous pourrez donc partir l’esprit tranquille. Bon voyage !

Elle signe ce texte

Dre Véronique Miller est vétérinaire à Lévis.